10352791_10202026537728887_905607504864566724_n

 

Depuis un certain jour d'avril 2002, avec l'éviction du candidat socialiste dès le premier tour, et ce en dépit des sondages et des prédictions autorisées d'éditorialistes pourtant omniscients, l'injonction au vote utile confine à l'exercice de pensée politique automatique. Quelque chose comme une figure politique imposée. Tout bénéfice: pas besoin de rassembler les adhésions à ce que l'on est, il suffit de coaguler les rejets d'une figure épouvantail. Sous l'empire du vote utile, inutile de s'épuiser à argumenter, évaluer, idéologiser, «se forger son  opinion"… Tout ce fatras politique, apparemment superflu, se retrouve face écrasée par une prophétie   médiatico-sondagière annonçant à demi -mot , que le premier tour ne doit pas avoir lieu.  Normal, la règle apolitique du vote utile réduit systématiquement le débat citoyen à un référendum de second tour. Autant dire que le vote utile, c'est la petite mine balancée dans l'électorat du voisin politique. Un vrai jeu de chaises musicales! Le dernier qui est en tête dans les sondages appelle l'autre à se désister. Hamon tenta ainsi vainement d'asphyxier Mélenchon au nom de cet argument qui lui est aujourd'hui recraché en pleine face par nombre de ses excellents amis socialistes: le progressiste, nouvelle mouture Macron, n'est-il pas mieux placé que lui pour «faire barrage à la droite et à l'extrême droite» ? Il n'est que de voir le spectacle affecté des Bartolone, Delanoê, Braouzec, et même l'incroyable Hue, constructeurs de digues assermentés, désormais officiellement unis à Bayrou, Parisot, Madelin, etc., par ce seul plus petit dénominateur commun. Le petit agent illuminé de la mondialisation raisonnée est le rempart le plus solide pour faire obstacle au fascisme ! Pour le coup, le cas est vraiment idéal, typique. Une élection en vue? Sortons le repoussoir lepéniste à tout faire. Occasion de réaliser, en douceur, par manipulation du sentiment de culpabilité, un hold- up de représentativité…

A la clé , un système politique  radicalement figé où se répète immuablement le vote Front National et son petit théâtre du vote utile.. La France mérite assurément mieux que la reconduction de ce sombre duo  en forme de chaos mental

   Thierry Blin    Université Montpellier III