Pourquoi pas ? Le blog de Niurka R.

08 janvier 2019

Mouvement des Gilets Jaunes

 

Jean-Marie-Harribey

Bonjour,

Le mouvement des Gilets Jaunes a surpris par sa vigueur, sa durée, ses rapides évolutions. Si le mouvement est profond, il nous interroge sur "la manière de faire et de penser" car cette société en mouvement dont nombre font partie hors des "Gilets jaunes"   est complexe, nouvelle dans sa forme et sa  rentrée en politique. Economistes, sociologues, historiens, associations et cytoyens s'intéressent fortement à l'irruption de ces colères fortement exprimées. Le texte je Jean-Marie Harribey est une contribution très intéressante. Bonne lecture.

Niurka Règle

 

Bonjour,

L’intérêt de ton analyse, Pierre *, esr d’introduire la complexité là où souvent il y a trop de simplisme. Le risque de cette introduction est de tout aplatir, de mettre tout au même niveau d’entendement, c’est-à-dire de ne plus savoir ce qui est structurellement déterminant et ce qui est largement déterminé. Déterminé ne signifiant pas moins important, surtout pour définir une stratégie. Par exemple, des deux séries d’éléments suivants, lequel est structurellement déterminant : le réploiement du capital grâce à sa parfaite mobilité et la défaite cuisante du salariat, ou bien l’ouverture et la montée de mutiples fronts de lutte et d’émancipation ? A mes yeux, poser la question c’est y répondre, ce qui n’implique absolument pas qu’il y ait, stratégiquement, des combats prioritaires et d’autres secondaires, et on pense aux combats pour l’émancipation des femmes, des précaires, des migrants, et pour l’écologie, etc.
Je pense que les trois grandes défaites que le mouvement social a subies en France depuis une vingtaine d’années (2003 : retraites + service public de l’éducation ; 2010 : retraites à nouveau, sans parler de 2007 et 2013 ; 2016-2018 : deux lois travail + cheminots) se situent avant tout sur le terrain de l’affrontement travail/capital, que ce soit en termes de répartition de la valeur ajoutée ou de droits sociaux, ce qui souvent revient au même. L’erreur n’est donc pas analytique (c’est une lutte de classes), elle est stratégique. J’ai raconté plusieurs fois la rencontre Attac-Copernic/direction de la CGT en 2010. L’erreur de la CGT est absolument d’ordre stratégique et cela depuis belle lurette : elle est de vouloir cantonner une question d’ordre du choix de société à la sphère purement syndicale, désunie de surcroît. D’où défaite stratégique sur défaite stratégique.
Dès lors, la discussion sur la sociologie du mouvement des Gilets jaunes exige de la délicatesse. Toutes les observations et tous les témoignages concordent pour décrire une composition populaire mélangeant couches du salariat paupérisé et précarisé et couches de travailleurs indépendants soumis à la concurrence et à la sous-traitance. Comme il n’est pas possible pour l’instant d’établir une statistique sur cette composition, il est hâtif d’en conclure une quelconque domination politique, notamment qui relèverait du poujadisme. À l’encontre de cette thèse hâtive, il y a le constat d’une évolution très rapide des revendications autour de la hausse des bas salaires, des services publics et d’une fiscalité plus juste. Autant de thèmes qui n’ont rien à voir avec le poujadisme, même si le déclencheur fut la hausse des taxes sur les carburants et que le premier réflexe (je parle pour moi) fut de demander : attention, une bataille anti-impôs ?
La nécessaire complexité qui rendrait caduque toute analyse en termes de classes sociales serait, selon moi, une impasse. J’ai dit ailleurs tout le mal que je pouvais de la notion de classe(s) moyenne(s) en 2016 (https://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2016/12/18/la-sociologie-de-cafe-du-commerce) et en 2019 (https://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2019/01/05/la-sociologie-des-classes-n-est-plus-une-sociologie). Fondamentalement, l’éclatement du prolétariat salarié sous les coups de boutoir du redéploiement du capital et de la production de valeur, et donc de la transformation du travail, ne signifie pas la disparition de ce prolétariat salarié. Dans ce cadre, la notion de classe(s) moyenne(s) n’a acun sens, sinon idéologique. D’ailleurs, le cocasse, si ce n’était affligeant, est de faire démarrer la(les) classe(s) moyenne(s) quasiment au niveau du Smic, à peine au-dessus du seuil de pauvreté à 60% du revenu médian. Les tenants de la « moyennisation » de la société confondent l’amélioration du niveau de vie en un siècle et demi de luttes sociales et de développement économique avec la disparition du prolétariat vendant sa force de travail. Ladite moyennisation de la société est une manière de faire disparaître les classes.
Il s’ensuit que si la question de l’entreprise, de son pouvoir, de l’affectation des investissements n’est pas au centre de la mobilisation des Gilets jaunes, je ne pense pas que ce soit parce que l’entreprise ne serait plus le lieu de la conflictualité sociale. Le blocage des ronds points et des axes de circulation des marchandises n’a pas été inventé par les Gilets jaunes et nombre de mobilisations des dernières années avaient également tenté d’utiliser ce moyen. Sans réussir à faire plier l’adversaire. Les Gilets jaunes ont fait un peu reculer le pouvoir. Pourquoi ? Parce que le besoin d’égalité était très fortement exprimé ? Un peu, oui, puisque cela exprimait le sentiment de la majorité de la population, ce qui est important dans le rapport de forces. Parce que la soudaineté et la violence de l’éruption a pris de court l’imposture macronienne ? Beaucoup, oui. Les mobilisations de 2003 et de 2010 notamment avaient mis dans la rue bien plus de personnes que les Gilets jaunes, mais sans que la question du pouvoir ne soit posée, alors que les Gilets jaunes ont ciblé le pouvoir de Macron. Certes, en oubliant, derrière lui, ses mandants du capital. Mais, c’est la responsabilité syndicale et politique de gauche de réunir les fils, de les retisser. À partir de quelle trame ? Bien que je constate le piétinement de la chose, je suis toujours persuadé que l’articulation du social et de l’écologie est la clé de vôute d’une stratégie. D’où l’immense gâchis d’avoir instauré des taxes sans programme de transformations structurelles d’ordre social et productif. L’acceptation sociale de la transformation du système productif reste pour moi liée à trois choses cruciales car liées par la réduction des inégalités : 1) l’emploi par la RTT ; 2) la légitimation d’une sphère monétaire non marchande ; 3) la prise en main collective des investissements de transition, ce qui implique la maîtrise monétaire (http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/soutenabilite/arlesienne-financement.pdf, et http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/soutenabilite/taxes-ecologiques.pdf) et une fiscalité juste. 
Enfin, sauf à considérer que les démocraties modernes peuvent se passer de toute idée et de forme de représentation, on ne peut pas voir dans la dimension de refus du politique, du syndicalisme et de toute institution quelque chose d’a priori et définitivement progressiste, même sous couvert de RIC. L’avenir le dira mais il y a un risque que, face à l’entourloupe macronienne du « grand débat national », il y ait une absolutisation et une idéalisation de la démocratie directe à 67 millions. Le principal lieu où la démocratie n’a jamais pu encore rentrer, c’est l’entreprise. Ne serait-ce pas un enjeu, même aux yeux de syndicalistes de premier plan pensant aujourd’hui que l’entreprise n’est plus un lieu de conflictualité sociale ? Je ne peux le croire...
Amicalement.
Jean-Marie Harribey
* Source

Gilets jaunes, réflexions sur le moment actuel

Posté par niurka à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 janvier 2019

Quelques réflexions sur le mouvement des « gilets jaunes »

 

960x614_lors-marches-femmes-gilets-jaunes-toulouse-6-janvier-2019

Quelques réflexions sur le mouvement des « gilets jaunes »

Tous les observateurs ont souligné le caractère socialement composite du mouvement des gilets jaunes. Pour le dire en termes plus simples, il s’agit d’un mouvement populaire, ce qui signifie qu’il est produit par la coalition de plusieurs classes.

Quelles sont ces classes ? On trouve parmi les gilets jaunes des ouvriers, actifs ou retraités ; des membres de la petite bourgeoisie salariée, employés du secteur public ou du secteur privé, actifs ou retraités ; et enfin des membres de la petite bourgeoisie indépendante, artisans, commerçants, petits patrons.

Dans tout ensemble de ce genre, un élément est dominant et les autres sont dominés. En d’autres termes, un élément exerce l’hégémonie, intellectuelle et politique ; il impose aux autres sa vision du monde, ses objectifs, ses moyens d’action et ses conceptions en matière d’organisation.

En l’occurrence, au sein du mouvement des gilets jaunes, c’est manifestement la petite bourgeoisie indépendante qui joue ce rôle dominant, et qui donne son caractère à l’ensemble de la mobilisation.

Comme son nom l’indique, la petite bourgeoisie indépendante n’a pas d’employeurs ; elle est formée de gens qui travaillent « à leur compte ». En conséquence, en cas de crise, les petits bourgeois indépendants se tournent tout naturellement vers l’Etat, unique supérieur donc unique interlocuteur disponible.

C’est bien ce qui s’est produit lors du mouvement des gilets jaunes. L’entreprise est dans la société capitaliste le lieu par excellence de l’exploitation, puisque c’est dans le procès de travail que s’accomplit l’extorsion de la plus-value. Or l’entreprise n’a jamais été mis en cause au cours du mouvement ; tout s’est passé comme si elle constituait un domaine sanctuarisé que chacun s’interdisait d’évoquer. De même, dans une société capitaliste, ce sont en dernier ressort les employeurs qui fixent et reversent les salaires. Lorsque ces salaires sont jugés insuffisants, c’est donc aux employeurs que devraient être présentées les revendications. Or rien de tel ici : que l’amélioration de la rémunération passe par la baisse de telle ou telle taxe ou par l’attribution d’une prime, c’est toujours l’Etat qui est sollicité, jamais l’employeur. Sur cette « mise à l’abri » des employeurs, il y a une sorte d’accord tacite entre les gilets jaunes et le Président de la République : accordant aux smicards une augmentation de leur rémunération de cent euros par mois, M. Macron a bien précisé que cette augmentation ne coûterait rien aux employeurs.

De la même manière, il est clair que la détérioration du pouvoir d’achat tient largement au fait que les dépenses dites contraintes, et en particulier celles qui sont consacrées au logement, croissent plus vite que les rémunérations, en sorte que les sommes vraiment disponibles diminuent d’autant. Or les bailleurs – qui bénéficient d’une augmentation constante et substantielle des loyers – n’ont eux non plus jamais été mis en cause, et personne à ma connaissance n’a évoqué la possibilité d’un encadrement des loyers.

Ainsi pour les gilets jaunes, la seule cible, le seul interlocuteur, c’est l’Etat, ou plutôt c’est son chef, le Président de la République : il est rendu comptable de tout et responsable de tout. Ici encore, on observe un curieux accord de fait entre les gilets jaunes et M. Maron ; dédaignant les corps intermédiaires, celui-ci a plusieurs fois défendu une conception monarchique du pouvoir ; en ne s’adressant qu’à lui, en faisant mine de croire que tout dépend de lui, les gilets jaunes lui donnent d’une certaine façon raison, et le confirment dans son statut de roi.

L’hégémonie de la petite bourgeoisie indépendante se manifeste également dans les formes d’action privilégiées par le mouvement. Barrages filtrants, blocage des entrepôts, péages gratuits : on reconnaît là les méthodes utilisées depuis bien longtemps par les syndicats agricoles, eux aussi recrutés parmi les petits producteurs indépendants. A la différence de la grève, ces méthodes n’impliquent aucun sacrifice de la part de ceux qui les utilisent, réserve faite du temps passé et du risque d’un affrontement avec les forces de l’ordre.

Enfin, la petite bourgeoisie indépendante a imposé ses vues en matière d’organisation. Deux aspects peuvent être ici relevés. (1) Le refus de toute représentation, de toute délégation de pouvoir. Tous les gilets jaunes se considèrent comme égaux ; en conséquence, chacun ne peut parler que pour soi ; aux médias de désigner des porte-parole qui suscitent aussitôt la méfiance et le désaveu. L’individualisme égalitaire qui forme le fond de l’idéologie petite-bourgeoise aboutit ici à un refus de s’organiser qui limite grandement l’efficacité du mouvement et constitue en fait sa contradiction majeure. (2) La défiance vis-à-vis de tous les corps constitués, confondus dans la même réprobation. La suspicion vise non seulement les partis politiques, mais aussi les associations, et surtout les syndicats, dont le rôle social est pourtant tout différent. Apparaît ici un troisième accord tacite entre les gilets jaunes et M. Macron : leur commune allergie au mouvement ouvrier organisé.

Que le mouvement des gilets jaunes soit dominé par la petite bourgeoisie indépendante, c’est une constatation de fait, non un jugement de valeur. Celui-ci ne peut être que balancé. D’un côté, les plus nombreux au sein du mouvement sont les abstentionnistes et les électeurs du Rassemblement National. Du point de vue de l’histoire, les gilets jaunes s’inscrivent incontestablement dans la postérité du mouvement Poujade et du Cid-Unati de Gérard Nicoud, même s’ils ne s’y réduisent pas. Enfin, un certain nombre de propos xénophobes et racistes ont été entendus sur divers ronds-points, en même temps qu’on proliféré les élucubrations complotistes. Tout cela nous interdit de partager l’enthousiasme béat qui semble s’être emparé d’Olivier Besancenot ou de François Rufin : le mouvement des gilets jaunes tel qu’il est ne sera pas l’aube d’un nouvel âge révolutionnaire.

D’un autre côté, on ne peut qu’être ému par le récit de certains gilets jaunes : n’ayant jamais manifesté, habitués à vivre dans la solitude, ils ont fait sur les ronds-points la découverte de la fraternité. Mais surtout la petite bourgeoisie indépendante est porteuse d’un potentiel de révolte dont il faut savoir tirer parti. Pour décrire son idéologie j’ai parlé d’individualisme égalitaire ; de fait, elle est particulièrement réfractaire aux inégalités, particulièrement hostile à l’injustice fiscale, particulièrement exaspérée par les privilèges. C’est cette sensibilité égalitaire qui l’a conduite dans le passé à prendre part à de nombreux soulèvements démocratiques ; dans le mouvement actuel, elle se traduit notamment par l’exigence d’un rétablissement de l’ISF. Sur tout cela, les points de convergence sont évidents.

Du point de vue du mouvement ouvrier organisé, il serait donc aussi erroné de courir derrière le mouvement que de le rejeter sans autre forme de procès. Ce qui importe, c’est de travailler à sa décantation, c’est d’entrer en contact avec ceux des gilets jaunes qui se montrent les plus résolus à combattre les inégalités, qui comprennent qu’une révolte qui refuse de s’organiser et de se trouver des alliés se condamnent inéluctablement à l’impuissance et à l’échec.

E. Terray, 21 décembre 2018

L'Héroïque Land, la frontière qui brûle

 

logdiinpimhojgah

Bonjour à tous, 
Les quatre structures des Samedis du Doc vous souhaitent une trèsz belle année 2019 où le documentaire continuera de vous accompagner. 
Vous trouverez dans ce courriel toutes les informations concernant notre première programmation de 2019, L'Héroïque Lande, la frontière brûle. Attention à l'horaire, compte tenu de la longueur du film, la séance est à 14h.

Synopsis : En hiver 2016, la Jungle de Calais est une ville naissante où vivent près de 12 000 personnes.
Au début du printemps, la zone Sud, avec ses commerces, ses rues, ses habitations, sera entièrement démantelée. 
Les habitants expulsés déplacent alors leurs maisons vers la zone Nord, pour s’abriter et continuer à vivre. En automne, l’État organise la destruction définitive de la Jungle. Mais la Jungle est un territoire mutant, une ville monde, une ville du futur ; même détruite, elle renait toujours de ses cendres.
Tourné avec des jeunes gens pris dans le tumulte des guerres, des violences policières, et leurs tentatives de traverser la frontière vers l’Angleterre, L’Héroïque Lande pourrait être un épisode ignoré de l’Odyssée d’Homère

 

 

05 janvier 2019

Hiver en Chine

 

49841151_2259293810789090_6201609609199747072_o

 

Un aperçu du conte de fées d'hiver en Chine : les photos révèlent le paysage de neige onirique de la montagne de juxian dans la grande région de xing' a, dans la province du #heilongjiang en Chine.

04 janvier 2019

Petit poème de Sophie

 

26904240_940060592808914_6981827783068639538_n

 

     La vie est un voyage

   aux mille et une étapes
       quelquefois déroutantes
La vie est un long fleuve mouvementé
Suivre son cours à l'aune de ce que 
   le coeur nous conseille
Nourrir son esprit d'images positives
Entre mémoire et anticipation
accueillir ce qui est 
Laisser aller le passé avec son lot
d'ombres
Avoir confiance en ce qui sera
en résonance avec la petite musique de
la Vie
   à l'horizon de l'à-venir
 
Sophie 

Posté par niurka à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Céramique de Fanny Oudin

 

49840182_1195040337312641_2070767552044204032_n

 

Fanny Oudin Calabuig Céramique

Posté par niurka à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

appel des Gilets jaunes de Commercy

 

16764421

 

Les Gilets jaune de Commercy.

Posté par niurka à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 décembre 2018

Prête à se faire bouffer..?

 

48407219_10215330051216855_3554808765767221248_n

Posté par niurka à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2018

Drapeau Jaune Place de la Comédie, Montpellier

 

IMG_6436

Posté par niurka à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

HK & les Saltimbanks : "Sans haine, sans armes, sans violence"

  

HK & les Saltimbanks - Session Acoustique - "Sans haine, sans armes, sans violence"