Pourquoi pas ? Le blog de Niurka R.

21 janvier 2018

Trump, immigration

 

26230225_1228722483939353_4541523555608636525_n

Posté par niurka à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


19 janvier 2018

Schubert trio op. 100

 

 

Schubert, Trio op. 100 - Andante con moto

Posté par niurka à 20:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 janvier 2018

Ahed Tamimi

 

 

614afb991e07167a6a2e72276321d343

Posté par niurka à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2018

Les feuilletons à la télévision

120666122

 

Jean Poiret et Michel Serrault "Les feuilletons à la télévision" | Archive INA

Il semblerait que la question se pose encore aujour'hui, non?


13 janvier 2018

Compagnie Jolie Môme

LUTTE-LOIC-AfficheProces-180125

Posté par niurka à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 janvier 2018

Raymond Devos

 

26169906_160177871280779_8222651365755261838_n

Photo d'Alain Guillot

Posté par niurka à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

DU PARADIGME DE LA DIPLOMATIE JUPITÉRIENNE

Moyen-Orient-carte-du-Moyen-Orient-Israel-Liban-Syrie-Jordanie-Iran-Iraq-Koweit-Barhain-Quatar-Oman-Arabie-Saoudite-Emirat-Arabe-Oman-Yemen-2

 

DU PARADIGME DE LA DIPLOMATIE JUPITÉRIENNE

Six mois après son accession à la présidence de la République française (ainsi que de la « première pandame de France »1), nous disposons déjà d’un socle doctrinal diplomatique important grâce aux discours (devant les ambassadeurs, à New York, à la Sorbonne, à Strasbourg à la Cour européenne des droits de l’Homme, à Bonn pour la COP23, à Paris pour les forces de sécurité intérieure, à Abou Dhabi, à Ouagadougou, Boulogne-Billancourt, vœux au corps diplomatique du 4 janvier 2018…), aux déclarations conjointes adoptées avec ses homologues, aux tweets, aux communiqués diffusés après ses entretiens téléphoniques avec ses alter ego (Donald Trump, Vladimir Poutine…), aux entretiens (der Spiegel, Times, Le Monde2, Antenne 2…), aux exégèses de ses « spin doctors », voire aux pointes d’humour d’Emmanuel Macron (Cf. sa plaisanterie sur la réparation de la climatisation de l’université par le président du Burkina Faso). Dans son entretien fondateur avec Elle, Brigitte Macron évoque un « fou qui sait tout sur tout ».

Quelles conclusions, fussent-elles provisoires, peut-on tirer en de début d’année 2018 marquée par une montée de tensions (États-Unis/Russie sur l’Ukraine, États-Unis/Corée du nord après les dernières sanctions adoptées par le conseil de sécurité) en termes de pratique de sa diplomatie ? Les prêches du chef de l’État furent réguliers et interminables, il ne sait pas faire moins d’un quart d’heure. On commence à y déceler les linéaments de sa pensée planétaire et jupitérienne, pensée dont il confesse qu’elle est « complexe ». 

Quelles sont au juste les principales caractéristiques de l’action internationale déclamées par Jupiter, lignes de force que nous avons tenté de préciser, de manière pragmatique, au fil des derniers mois ? Nous nous limiterons à six d’entre-elles afin de mieux cerner le débat dans tout ce qu’il a de complexe et de subjectif. À nos yeux, nous sommes les témoins d’une diplomatie volontariste, oratoire, planétaire, généreuse, incantatoire, de l’essuie-glaces, gesticulatoire.

UNE DIPLOMATIE VOLONTARISTE

Dès ses premières sorties hors de l’Hexagone, le nouveau chef de l’État démontre une volonté hors du commun de prendre les problèmes internationaux à bras-le-corps et de remettre la France au cœur du concert des nations. Il saisit l’occasion de l’imprévisibilité de la nouvelle administration américaine, de l’effacement britannique mobilisé par le « Brexit », de la neutralisation l’Allemagne en campagne électorale puis engluée dans la formation d’une grande coalition… pour occuper habilement la scène diplomatique en voyageant, en recevant ses homologues à Paris (le président turc le 5 janvier2018), en parlant (au téléphone avec Hassan Rohani de la situation en iran), en proposant de nouvelles initiatives (Libye, Europe, Afrique, multilatéralisme, climat, environnement, lutte contre le terrorisme3…). 

Il joue habilement de son charisme juvénile, de sa capacité de séduction, de l’effet de nouveauté pour proposer du neuf (sa formule regardons vers l’avenir à Ouagadougou et à Alger4)… parfois avec du vieux. Dans une approche verticale du pouvoir, il réduit à la portion congrue le rôle du chef de la diplomatie (le très loyal Jean-Yves Le Drian) et de sa collaboratrice en charge des Affaires européennes (la très discrète et très talentueuse Nathalie Loiseau5)… bien que son chef de la diplomatie s’en défende6. Désormais, il reçoit les futurs directeurs d’administration centrale avant de les nommer en conseil des ministres, court-circuitant ainsi les ministres de tutelle au risque de fragiliser l’autorité de ses derniers7. Il se transforme en VRP de l’industrie française8

Il donne toutes ses lettres de noblesse à la diplomatie scientifique9, laissant le soin à Jean-Yves Le Drian le soin de présenter la stratégie numérique de la France à Aix-en-Provence10 et d’aller faire le service après-vente de la réunion de la Celle-Saint-Cloud du 25 juillet 2017 sur la Libye sur le terrain11. Pour la deuxième fois en deux mois, il lui fait renoncer au voyage à Téhéran. Pendant ce temps-là, il ne s’occupe pas des grandes affaires de de monde.

UNE DIPLOMATIE ORATOIRE

On l’aura compris, le président de la République aime parler, aime s’entendre parler. Il pratique avec succès l’art de l’improvisation. Il est tout à fait à l’aise dans la langue de Shakespeare dont il use et, parfois, abuse, au grand dam des adeptes de la Francophonie. Mais, Emmanuel Macron ne sait pas faire court. Toutes ces interventions (hormis les 30 minutes à la COP23 de Bonn) dépassent largement la limite de l’heure. Elles nous sont toutes présentées par ses communicants – les mauvais génies de la Cité – comme les symboles d’une transformation profonde, d’une refondation totale de la diplomatie française. Le verbe est mis au service de l’action. 

Le mot, qui fait mouche, est censé être repris en boucle par les chaînes d’information en continue, par les réseaux sociaux et marquer les esprits, influencer les décideurs qui n’ont pas le temps de lire l’intégralité de sa prose. Il est vrai qu’elle est souvent confuse et indigeste, parfois contradictoire (Cf. ses propos sur le président syrien évoluent au fil de ses omélies). Nous sommes loin des plans en deux parties et deux sous-parties enseignés rue Saint-Guillaume à Sciences-Po Paris. Force est de constater que sa pensée est parfois confuse, brumeuse. Emmanuel Macron devrait se souvenir que l’art de la diplomatie consiste parfois à trouver les mots justes pour expliquer des choses complexes. En définitive, la diplomatie du verbe ne suffit pas à masquer les contradictions qui minent la France et à compenser sa perte d’influence dans le monde. 

UNE DIPLOMATIE PLANÉTAIRE

Les ambitions internationales de Jupiter ne sauraient se limiter à une quelconque partie de la planète. Il entend parler au monde, délivrer un message universel en raison d’une sorte de « destinée manifeste » de la France. Le 17 décembre 2017 sur Antenne 2 face à Laurent Delahousse, il évoque un « destin français ». À la manière de Jean Giraudoux, célèbre diplomate écrivain, il pense que « la destinée de la France est d’être l’embêteuse du monde… tant qu’il y aura une France digne de ce nom, les Nations… ne seront pas tranquilles »12

Emmanuel Macron est conscient de l’importance de « la diplomatie, cet art de concilier les contraires pour éviter la guerre »13. Il entend apporter une contribution significative, voire décisive au règlement pacifique des différends entre États (Cf. sa proposition de médiation dans le conflit qui oppose l’Arabie saoudite et l’Iran, l’Arabie saoudite au Liban). Mais, à l’occasion, par un petit tweet bienvenu, il stigmatise le crime contre l’humanité contre les Rohingyas en Birmanie, contre les Africains par les passeurs en Libye… mais entend prendre une position dure sur les migrants en France14

Guillaume Berlat
8 janvier 2018

1 I.B., La première pandame de France, Le Canard enchaîné, 6 décembre 2017, p. 1.
2 Emmanuel Macron, « Un choc pour sauver la planète. Il faut un choc dans nos modes de production », Le Monde, 13 décembre 2017, pp. 1, 6, 7.
3 Charlotte Bozonnet, Macron obtient un soutien accru pour le G5 Sahel, Le Monde, 15 décembre 2017, p. 3.
4 Bastien Bonnefous/Charlotte Bozonnet, En Algérie, Macron veut tourner la page, Le Monde, 8 décembre 2017, p. 6.
5 Anne Michel/Cédric Pietralunga, Plusieurs millionnaires au gouvernement, Le Monde, 17-18 décembre 2017 dans lequel on peut lire à propos de la déclaration de patrimoine de l’intéressée : « Ainsi, Mme Loiseau a dû rehausser de 400 000 euros la valeur de son appartement de 190 m² à Paris (à 2 millions d’euros) ».
6 Jean-Yves Le Drian, « Macron et moi, c’est comme un une deux au foot », www.lejdd.fr , 24 décembre 2017.
7 Bastien Bonnefous/Solenn de Royer, Macron le DRH de la République, Le Monde, 17-18 décembre 2017, p. 8.
8 Éric Béziat/Domique Gallois/Cédric Pietralunga, Moisson de contrats pour l’industrie française au Qatar. Macron, VRP de l’industrie française au Qatar, Le Monde, Économie & Entreprise, 8 décembre 2017, pp. 1 et 3.
9 Pierre-Bruno Ruffini, Un coup gagnant de la diplomatie scientifique de la France, Le Monde, 15 décembre 2017, p. 21.
10 Martin Untersinger, La France présente sa stratégie numérique, Le Monde, Économie & Entreprise, 17-18 décembre 2017, p. 8.
11 Marc Semo, En Libye, Le Drian rappelle les engagements à tenir les élections, Le Monde, 23 décembre 2017, p. 5.
12 Jean Giraudoux, L’impromptu de Paris, Grasset, 1937.
13 Bernard Guetta, Dans l’ivresse de l’histoire, Flammarion, 2017, p. 53.
14 Éditorial, Migrants : l’honneur de la France en jeu, Le Monde, 17-18 décembre 2017, p. 28.

lire la suite…


source : Proche&Moyen-Orient.ch

 

08 janvier 2018

Ouvert 7/7

 

P1050230

Quelque part à La Réunion

 

Posté par niurka à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Bon ça va...

 

question

 

Bon, ça va ça vient

Mais ça ne vient pas

Quoi ? demande l’éternel aveugle

Comment ça quoi ?

Je ne te dirai rien sur quoi

Tu n’as qu’a deviner toi-même

Mais quoi c’est quoi ?

Je me demande moi-même pourquoi, quoi,

Ca ne vient pas

Je dis à l’aveugle

Regarde autour de toi, quoi

Et tu sauras répondre, quoi

Et de me dire

Ca va, ça vient

mais ça ne vient pas

Quoi !

La lutte radieuse qui porte le sourire

Et le rire et les éclats de rires

car enfin une fenêtre s’ouvrirait

Quoi.

Niurka Règle

 

 

 

 

Posté par niurka à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,