image

 “Libérer les animaux? Tendances et dérives d'un affect contemporain”.

FIGAROVOX/TRIBUNE- Pour l'enseignant-chercheur Thierry Blin, la cause animale devenue omniprésente dans le débat public, joue sur les affects contemporains et s'éloigne de la raison. Il rappelle que l‘antispécisme n'est pas un humanisme.

Thierry Blin est maître de conférences en sociologie à l'université Montpellier III.

Une cause contemporaine dans le coup? L'Animal! On joue en effet désormais la passion zoophile à tous les étages, avec émissions télévisées, chaînes dédiées, associations amatrices de vidéos clandestines, candidat à la Présidentielle dévoreur de quinoa, journaliste vindicatif (A. Caron), patron de presse omniprésent (F.-O. Gisbert), moine bouddhiste (M. Ricard), etc. Et même la foule de nos grands noms intellectuels, Onfray, Finkielkraut, Orsenna, Cyrulnik... se trouvant enfin un point commun dans la demande de reconnaissance, dans le Code civil, de la qualité d'«êtres vivants doués de sensibilité» des animaux.

L'antispécisme n'est pas un humanisme

Il faut dire que la bête a bien changé depuis l'avènement des Trente Glorieuses et son généreux projet de viande pour tous. Ne cherchez plus aujourd'hui lapins, porcs et poulets près de l'étable, rayon clapiers ou quête alimentaire dans une boueuse cour de ferme... Ils ne sont plus élevés, ils sont produits. Quand ils ne sont pas biotechnologisés par tous les pores. Poulets sans plumes, saumons géants stériles, «Super cochons» tellement bricolés qu'ils ne peuvent supporter leur propre poids, truies à la gestation dopée... Productivisé, mais aussi parfois martyrisé par des salariés d'abattoirs, cet animal-là figure aisément en réprouvé. Rien à voir avec l'élu qui pousse sur nos canapés, campe près de nos frigos, partage nos vies urbanisées. Deux catégories qui témoignent cependant toutes deux de ce que nous n'habitons plus les champs que par accident, par oubli. Bref, nous n'entretenons plus aucune solidarité vitale avec la production animale.

Or, il se trouve que moins nous sommes dépendants de la bête, plus elle est couverte de compassion. Sentiment parfaitement sain, puisque l'homme ne trouve qu'à se grandir en s'éloignant de la brute. Malheureusement, de l'affect contemporain à sa mise en chantier intellectuelle sous le pavillon d'une libération animale rationalisée dans les termes de l'antispécisme (notre espèce n'assure sa supériorité sur les autres que sur la base d'un racisme d'espèce non assumé) ou dans celui d'un égalitarisme biosphérique non anthropocentrique (tous les «sujets d'une vie» sont d'égale valeur), il y a toute l'épaisseur d'un antihumanisme dont les conséquences accablent par leur cohérence logique.

Qu'assène-t-on à longueur de thèses dans ces parages militants? Exemples. Mettez de côté l'archaïque concept de dignité humaine, il apparaîtra alors que nous n'accordons davantage de valeur au bébé au cerveau endommagé qu'à un chimpanzé ou à un porc que par la grâce coupable de notre spécisme (P. Singer). Optez pour l'égalité de toutes les formes de vie et vous en viendrez à disserter sur le mode du «je peux tuer un moustique s'il est sur le visage de mon bébé, mais je ne dirai jamais que j'ai un droit à la vie supérieur à celui d'un moustique.» (A. Naess). Sans compter que le «vaisseau Terre» (J. Lovelock) étant, en soi, un organisme à part entière, composé des molécules organiques, singes, hommes, plantes, sols…, il pourrait, armé du «but inconscient» de la préservation de la vie, décider d'«éliminer» ce qui ruine son équilibre fragile, l'Homme.

L'indécente idée d' «Holocauste animalier»

Prenons un prototype argumentaire plus récurrent, cette fois-ci. Chacun le sait, la morale carbure à la culpabilité. Une plaie que l'on gratte. Ajoutez à cela l'imaginaire de l'extermination planifiée, industrialisée, de la Shoah où l'humain se découvrit criminel par excellence, en rejetant dans le même mouvement la distinction Homme/animal, et vous obtiendrez la thèse de l'Holocauste animalier. Vous y apprendrez que «la Shoah est dans votre assiette»! Normal, les abattoirs constituent un «éternel Treblinka» (I. B. Singer). D'où vient la légitimité de cette «violence carnassière»? De se fonder métaphysiquement sur la constitution par l'humanisme de l'Homme en sujet, qui l'autorise à faire son Souverain (Derrida)! Bref, humaniser c'est fasciser, c'est légitimer le génocide animal (Adorno)!! Aucune spécificité du noyau d'horreur qui fait saillie dans l'Holocauste, place à la reductio ad hitlerum selon laquelle les bêtes sont à notre pensée ce que les juifs étaient au nazisme.

Tous ces raisonnements déroulent une gymnastique intellectuelle baroque: l'homme est un animal comme les autres, il ne doit donc pas procéder comme eux... Pourquoi? Parce qu'il est la seule créature à se nourrir de morale. À s'en gaver les neurones! Certes. Incontestable. Bravo. Mais d'où diable tire-t-il cet ingrédient distinctif si ce n'est de l'agglutination de ces qualités uniques qui reçoivent le nom de liberté, de perfectibilité, de raison...? Quelque chose comme un air de supériorité, ou la conversation n'est que déraison. Cercle vicieux spéciste de l'antispécisme!

   L'animal, qui n'existe d'ailleurs pas sous la généralité de ce nom, ne nous regarde pas. Il cohabite. En voisin plus ou moins proche, pas en parent. Nous pouvons nous voir en lui. Pas davantage.

Nulle autre cause à ce que l'indécente idée d'Holocauste animalier ne parle qu'à quelques têtes esseulées. Le propre du noyau d'horreur de l'Holocauste nazi tient tout entier à ce que chaque homme est un regard, une réciprocité morale. Bref, l'animal, qui n'existe d'ailleurs pas sous la généralité de ce nom, ne nous regarde pas. Il cohabite. En voisin plus ou moins proche, pas en parent. Nous pouvons nous voir en lui. Pas davantage.

Que dire de plus? Penser la bête, l'entendre souffrir, n'est pas la couvrir de ces excès de concepts hantés par la question de la mort, par un désir de purification éthique, et une séparation d'avec le monde animal replâtrée à grands coups de postulats d'égalité. Vis-à-vis des animaux, l'homme est effectivement couvert de devoirs. Lesquels? Réguler les populations. Préserver les espèces. Domestiquer. Dresser. Élever et tuer décemment les animaux qu'il mange. Autant d'activités, où il est question de mort, mais aussi de vie, et où il n'est assurément plus tolérable que l'homme fasse la brute. Prenons cependant garde à ce que deux pelés théoriciens et trois tondus militants ne tentent dans le même mouvement de manipuler nos affects.