titre_11

Le festival du film méditerranéen s'est achevé. J'y ai vu cinq films. La difficulté du festival mais aussi son plaisir c'est d'aller vraiment à la découverte en choisissant les films de façon intuitive. Parfois, on se trompe, parfois on est largement récompensé. Cette année pas de réelle déception.

Les chevaux de Dieu_0

 Les chevaux de Dieu, film marocain de Nabil Ayouch. Le film éclaire la source de l'embrigadement de certains des jeunes "martyrs", la façon dont on tisse une toile autour d'eux jusqu'au moment où il leur est impossible de reculer. Ce n'est pas un film reposant, mais la direction des acteurs, la mise en scène, le rythme du film lui donnent sa belle authenticité (Prix  jeune public).

Série documentaires n°4

F14091

Tous furent très intéressants. Silencieux de Rezan Yeslibas (Turquie) a obtenu le grand prix du court métrage de l'agglomération de Montpellier et Danseurs de Liz Labato une mention spéciale

Vole comme un papillon, film de Jérôme Maidhé. La vie dans une cité dont les familles sont tour à tour victimes de bandes de jeunes  aux prises à la vilolence sociale et  qui entraîne des comportements qui laissent peu de place ni à la raison, ni à l'empathie. Sans doute, globalement un peu démonstratif, mais on se laisse prendre par le film. La figure du père est particulièrement intéressante.

80799669_p

Derrière la colline, film greco-turc d'Emri Alper. Dans un paysage, troublant par sa beauté, une famille vit de manière fantasmagorique la peur des "nomades", en réalité éleveurs de brebis. La frontière dans les têtes s'est installée depuis longtemps jusqu'au moment où l'irrémédiable se produit. De mon point de vue le film est remarquable.

poster_tepenin-ardi

Voyage au Portugal, film portugais de Sérgio Trefaut. Une jeune femme ukrainienne rejoint son mari qui vit et travaille au Portugal. A la descente de l'avion, les formalités. Suspiscion. Mais tout bascule losqu'on s'aperçoit que le mari en question est africain. Commence pour la jeune femme une descente en enfer. Basé sur une histoire vraie, le film est insoutenable tant le traitement infligée à la jeune femme est inhumain. Par le générique en fin du film, nous apprenons que de retour en Ukraine,  elle rejoindra le Portugal par un autre chemin, et par là-même, retrouvera son mari.

549_F_Reise-nach-Portugal

 Algérie, notre histoire, film de Jean-Michel Meurice qui se confronte à l'histoire de la guerre d'Algérie avec Benjamain Stora.

Le film m'a un peu surpris, sans doute par manque d'informations à son sujet et parce que ce n'est pas du tout "ma" guerre d'Algérie en France. Cependant, c'est un bon documentaire, un témoignage des événements qui ont entraîné le départ des "pieds noirs" vers la France. Le vécu des deux protagonistes du film est nourri de leurs souvenirs, mais aussi, de manière différée, par les témoignages de ceux qui ont participé aux événements. En outre, le film le montaget soutient l'attention du spectateur-auditeur de bout en bout.