25 novembre 2015

La formule préférée du professeur

  La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa – Babel En ouvrant ce livre, prêté par une amie, je fus stupéfaite par le sujet abordé. Pensez donc : un vieux mathématicien, pas vraiment commode, vit dans un pavillon au fond d’un jardin, relégué par sa belle sœur. Son « petit beau frère », grand mathématicien, .suite à un accident de la route a perdu la mémoire. Chaque jour, cependant, et pendant quatre-vingt minutes, il peut renouer avec le réel de la vie. Une aide ménagère est assignée à son service. Elle... [Lire la suite]
Posté par niurka à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 septembre 2015

Prends garde

  Prends garde, Milena Agus, Luciana Castellina, Traduction par Marguerite Pozzoli -  Liana Levi Un pays : l'Italie Une région : Les Pouilles Un événement : une révolte paysanne Deux narratrices. Une heureuse initiative de mettre en miroir un même événement en . Milena Agus Milena Agus met en scène les soeurs Porro. Celles-ci vivent dans un palais, loin du bruit et de la fureur du monde. Elles conversent, elles brodent. Tout est calme. Coupées du monde, elles en ignorent tout. Elles prient et maintiennent la... [Lire la suite]
23 août 2015

Les réputaions

Les réputations, Juan Gabriel Vásquez, traduit de l’espagnol (Colombie) par Isabelle Gugnon, Seuil Souvent, dans les médiathèques, on fait de belles rencontres. C’est le cas, ici avec « Les réputations » de Juan Gabriel Vásquez dont j’ignorais et le nom et l’œuvre. Au début, le titre apparaît énigmatique. Certes, Javier Mallarino a une excellente réputation, une réputation incontestée. Il doit, d’ailleurs, lorsque débute la narration, se rendre dans la grande salle du théâtre Colón de Bogota pour un hommage à lui... [Lire la suite]
24 mai 2015

Retour à Watersbridge

  Retour à Watersbridge, James Scott, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Isabelle Maillet, Seuil Policier Lorsque Elspeth rentre à la ferme totalement isolée du monde, elle trouve son mari et quatre de ses enfants gisant dans leur sang. Seul Caleb a échappé au massacre mais a tout vu. Cette image choc sera présente tout le long du roman et donnera sens à la longue équipée de la mère et du fils (on apprendra plus tard que Caleb n’est pas son fils ) pour venger la famille sauvagement décimée. L’action se passe au nord de... [Lire la suite]
16 mars 2015

Latines Belles et Rebelles

Latines Belles et Rebelles Hernando Calvo Ospina - Le Temps des Cerises Cet ouvrage traite du rôle éminent de certaines femmes  d’Amérique latine en ce qui concerne, la lutte contre l’empire colonial espagnol, pour l’indépendances  des différents pays, contre les dictatures de la période contemporaine, pour le statut de la femme latino américaine. Tout l’intérêt du livre réside dans les récits qui révèlent le courage, la ténacité, l’intelligence et la capacité  exceptionnelle de ces femmes pour organiser les luttes... [Lire la suite]
26 janvier 2015

ATHENA

  ATHENAPeuple grec peuple roi peuple désespéréTu n'as plus rien à perdre que la libertéTon amour de la liberté de la justiceEt l'infini respect que tu as de toi-mêmePeuple roi tu n'es pas menacé de mourirTu es semblable à ton amour tu es candideEt ton corps et ton cœur ont faim d'éternitéPeuple roi tu as cru que le pain t'était dûEt que l'on te donnait honnêtement des armesPour sauver ton honneur et rétablir ta loiPeuple désespéré ne te fie qu'à tes armesOn t'en a fait la charité fais-en l'espoirOppose cet espoir à la lumière... [Lire la suite]
Posté par niurka à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2015

A l’origine de notre père obscur

A l’origine de notre père obscur, Kaoutar Harchi –Actes Sud Dans ce roman qui par sa forme et par sa violence emprunte à la tragédie, le rapport des hommes et des femmes se fige dans une relation mortifère. Et les femmes ne dérogent pas à la loi puisqu’elles perpétuent la violence interne dont elles furent elles-mêmes les victimes. Dans une grande bâtisse en pierre, sont recluses des femmes répudiées par leur père, leur époux, leur fils. Le battant de la porte s’ouvre, mais, personne n’en franchit le seuil. Pour aller où ?... [Lire la suite]
Posté par niurka à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 avril 2014

Le mal de pierres

Le mal de pierres suivi de comme une funambule, Milena Agus,  traduction de l’italien par Dominique Vittoz, édition Liana Levy L’univers de Milena Agus puise dans sa Sardaigne natale des histoires où le personnage central est nimbé d’étrangeté. Ici, la grand-mère de la narratrice  semble poursuivie par un mal obscur. Il y a le mal réel, le mal de pierres, ces affreuses coliques néphrétiques sur lesquelles, d’ailleurs,  on peut s’interroger,  et il y a l’autre mal celui de ne pouvoir séduire aucun des jeunes... [Lire la suite]
20 avril 2014

Un notaire peu ordinaire

Un  notaire peu ordinaire, Yves Ravey, Editions de Minuit Mdouble On feuillette l’album de famille et lorsqu’ relève la tête, une autre réalité vous saute dessus. Il y a dans ce court récit un art de la narration totalement éblouissant ; précision, concision où le langage tend ses justes repères dans une mise sous tension immédiate. Le lecteur quant à lui est littéralement subjugué  par ce récit qui plante son décor dans un huis clos élargi à une toute pette ville de province avec ses nouvelles villas, son église,... [Lire la suite]
13 avril 2014

La maison des chagrins

La maison des chagrins, Victor del Arbol, traduit de l’espagnol par Claude Bleton – Actes Noirs Actes Sud. J’avais lu avec beaucoup d’intérêt « La tristesse du Samouraï" Avec ce nouveau roman, nous retrouvons les mêmes qualités d’écriture et une puissance narrative remarquable. Roman du fait divers, l’auteur croise et entrecroise les destins dans un canevas où s’imbriquent la vie des personnages englués dans leur haines, leurs turpitudes, leurs intrigues, leur violence, leur culpabilité, et, finalement, leur souffrance. Une... [Lire la suite]