pays-provisoire

Pays provisoire, Fanny Tonnelier, Alma éditeur

La fluidité du style rend la lecture du roman très agréable. et le sujet lui-même est une petite surprise.

Amélie, une jeune modiste passionné par son travail est sollicitée par clémence pour reprendre son commerce situé à Saint Petersbourg, depuis de longues années, en Russie. Elle a appris l’existence de cette jeune fille moite, née savoyarde , tout comme elle et qui travaille à Paris. Une fois le contact pris, la proposition enchante la jeune femme. Elle fait donc le voyage, installe son atelier, multiplie les ateliers, travaille pour la haute couture et travaille pour l’aristocratie  russe.

Saint Petersbourg est une ville lumineuse qu’elle apprend à aimer. Nous sommes en 1910 et lorsque les troubles révolutionnaires viennent perturber la situation, Amélie prend peur et fuit la Russie pour revenir en France. Là, un long parcours angoissant l’attend : quitter la Russie, passer par les douanes. Pourtant c’est lors de ce périple, qu’elle rencontre Friedrich frappe à sa porte, tout l’avenir s’ouvre à elle., un jeune homme suédois qui travaille dans l’industrie du bois.. Lorsqu’elle arrive à paris, elle retrouve ses parents, ses amis. Ce serait le bonheur sans la guerre qui sévit ici aussi avec ses morts, ses blessés, ses restrictions…Mais lorsque Friedrich.

Un beau roman qui nous fait découvrir un univers méconnu, celui du travail des modistes, un art d'élégance, de création sans cesse renouvelé. Cette partie du roman est absolument superbe. Il nous fait découvrir, également, le fait que de nombreux français tentèrent de vivre et travailler en Russie et y réussir. La jeune Amélie est à la fois naïve et chaleureuse et pleine d’espoir. Sans doute le côté historique du roman est un peu faible. La succession des fins heureuse apparaît un  superficielle dans une période si bouleversée. Mais cela n’ôte en rien les qualité du récit plein de charme. Un road-movie heureux. 

Nous ne pouvons que souhaiter à Fanny Tonnelier  de nous proposer d’autres romans de cette facture. Un premier roman très réussi.